comment améliorer la fertilité du sol?

La fertilité d’un sol agricole représente son aptitude à produire durablement une production végétale en quantité et en qualité.

Cette définition tient compte également d’autres services écosystémiques assurées par le sol, parmi ceux-ci:
Régulation des cycles de l’eau (infiltration et stockage de l’eau de pluie), du carbone (stock de matière organique) et des éléments nutritifs
• Protection des ressources naturelles : le sol (ex : prévention de l’érosion), l’eau et l’air
• Recyclage des matières organiques mortes (pouvoir d’épuration, réutilisation des éléments sous leur forme minérale)
L’amélioration de la fertilité des sols est un objectif central de l’approche agro écologique qui cherche à mieux utiliser les ressources et les services fournies par les sols. Les moyens utilisés combinent les techniques de travail du sol et de semis, les aménagements tels que le drainage et l’irrigation, les amendements minéraux et organiques et la diversité des cultures. Les interactions entre tous ces éléments du système avec la fertilisation seront développées dans les points suivants
Rappel : Les trois composantes de la fertilité
Sur le plan agronomique, la fertilité des sols repose sur 3 composantes étroitement liées : chimique, biologique et physique.

La composante chimique
On peut améliorer cette composante grâce à la fertilisation par l’apport d’engrais et d’amendements mais aussi par la diversité des cultures et notamment par les légumineuses (pois, haricots, luzerne, trèfle, soja…) qui introduisent de l’azote venant de l’air dans le sol.
Cette composante peut être caractérisée par l’analyse de terre (indiquant la disponibilité des éléments nutritifs dans le réservoir-sol et le statut acido-basique).

La composante biologique
Pour améliorer l’activité biologique du sol, il faut créer les conditions physiques et chimiques favorables par exemple neutraliser l’excès d’acidité du sol. Les interactions avec les composantes chimique et physique sont donc importantes. La composante biologique est la plus difficile à caractériser. Différents types d’analyses permettent de mesurer la quantité, les fonctions exercées et la diversité des organismes vivants dans un sol (microfaune – bactéries – champignons). L’objectif actuel est de disposer de méthodes d’analyses utilisables en routine et de référentiels pour interpréter les résultats.

La composante physique
Elle est le résultat des facteurs combinés du climat et du travail du sol avec la nature du sol. La composante physique est mieux appréciée par la description d’une fosse pédologique avec l’observation d’un profil cultural. Elle agit aussi sur l’état de surface du sol et son aptitude à résister à la dégradation sous l’action de la pluie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *